allégation


allégation

allégation [ a(l)legasjɔ̃ ] n. f.
XIIIe; lat. jurid. allegatio
1Didact. ou littér. Citation qu'on fait de quelque texte autorisé pour s'en prévaloir, affirmation étayée sur cette citation. « La première audience fut levée sur cette audacieuse allégation » ( Balzac).
2Cour. Affirmation quelconque. Selon les allégations du ministre... Péj. Il faudra prouver vos allégations. Des allégations mensongères.

allégation nom féminin (latin allegatio) Action d'alléguer, de citer une autorité pour s'en prévaloir. Affirmation, assertion le plus souvent considérée comme mal fondée ou mensongère. ● allégation (synonymes) nom féminin (latin allegatio) Affirmation, assertion le plus souvent considérée comme mal fondée ou...
Synonymes :
- déclaration
- thèse

allégation
n. f.
d1./d DR ou litt. Citation d'une autorité.
d2./d Ce que l'on affirme. Justifiez vos allégations.

ALLÉGATION, subst. fém.
A.— Action d'alléguer, de mettre en avant :
1. On allait au bal, on revenait souper, et ce soir-là, à mon désir fou de la posséder, avant notre départ, à notre retour, elle opposait une résistance incompréhensible, un doux, mais entêté repoussement de mes baisers, de mes caresses, par des fuites de corps, des petites moues, des gamineries sérieuses, sans l'allégation d'une raison, sans une réponse à mes pourquoi, et seulement, quand elle était trop vivement poussée, avec une pantomine qui semblait me dire qu'elle craignait qu'on ne la vît dans cette chambre d'hôtel.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, juill. 1889, p. 1012.
B.— P. ext., ordin. péj. Affirmation, assertion (mal fondée, voire mensongère) :
2. Il prétendait qu'un agent secret lui avait révélé la trahison de Dreyfus, et refusa de nommer son agent. Et l'allégation du faussaire fut tenue pour preuve.
G. CLEMENCEAU, Vers la réparation, 1899, p. 188.
3. Voyons, ma chère, ne dites pas que Saint-Loup, que nous aimons beaucoup, est dreyfusard. On ne doit pas répandre ces allégations à la légère, dit M. de Cambremer.
M. PROUST, À la recherche du temps perdu, Sodome et Gomorrhe, 1922, p. 1094.
4. Cette allégation est un pur mensonge, bien qu'elle traîne partout, je le sais.
H. DE MONTHERLANT, Malatesta, 1946, III, 5, p. 504.
5. Comment, ensuite, attribuer quelque portée à certaines suggestions, suivant lesquelles les démocraties devraient reconnaître la France dans la personne des gens de Vichy plutôt que dans celle des chefs de la France combattante, sous prétexte que ces derniers n'auraient pas pris assez nettement position en faveur de la liberté? Il y a, dans de pareilles allégations, un véritable outrage aux démocraties elles-mêmes.
Ch. DE GAULLE, Mémoires de guerre, L'Appel, 1954, p. 532.
Prononc. — 1. Forme phon. :[al(l)]. PASSY 1914 et Pt Lar. 1968 transcrivent le mot avec [l] simple, WARN. 1968 avec [ll] double. Harrap's 1963 ainsi que Pt ROB. notent simplement la possibilité d'une prononc. avec [ll] (pour [ll], cf. allah, allécher et alléguer). 2. Hist. :[l] simple ds FÉR. 1768, GATTEL 1841 et NOD. 1844, [ll] double ds LAND. 1834, BESCH. 1845 et FÉL. 1851.
Étymol. ET HIST. — 1235 « citation que l'on fait pour se justifier » (HUON DE MERY, Torn. Antecr., 745 ds GDF. Compl. : Que traison i ot pourtrait, A .1. faus jugement, estrait D'une fausse alegacion).
Empr. du lat. allegatio, attesté dep. CICÉRON, Verr., 2, 44 ds TLL, 1662, 52, au sens « délégation envoyée vers qqn », d'où en terme de dr. « fait qu'on apporte devant les juges (pour se justifier) » dep. THRYPHONINUS, Dig., 28, 2, 28, 3, ibid., 1662, 59, de même en lat. médiév. ca 1180-1240, CAES. HEIST., Hom. exc., 168 ds Mittellat. W. s.v. 469, 47 : racionabilibus allegacionibus adverse parti institit.
STAT. — Fréq. abs. litt. :77.
BBG. — BAILLY (R.) 1969 [1946]. — BAR 1960. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — BOISS.8. — FÉR. 1768. — LACR. 1963. — PRÉV. 1755.

allégation [a(l)legɑsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1235; du lat. jurid. allegatio, de allegare. → Alléguer.
1 Didact. (dr.) ou littér. Citation qu'on fait de quelque texte autorisé pour s'en prévaloir; affirmation étayée sur un texte.
1 Les juges ne purent prononcer que suivant les allégations; ils condamnèrent le lieutenant général Lally (…)
Voltaire, le Siècle de Louis XIV, XV, 34.
2 La première audience fut levée sur cette audacieuse allégation, qui surprit les jurés et donna l'avantage à la défense.
Balzac, Une ténébreuse affaire (…), Pl., t. VII, p. 603.
2 Cour. Affirmation. || Il faudra prouver vos allégations.
2.1 Passepartout lui expliqua la situation. Mr Fogg, cet honnête et courageux gentleman, auquel elle devait la vie, était arrêté comme voleur. La jeune femme protesta contre une telle allégation, son cœur s'indigna (…)
J. Verne, le Tour du monde en 80 jours, p. 309.
(Avec un compl.). || L'allégation de qqch. : le fait de mettre en avant, d'alléguer (qqch.).
3 L'allégation du mariage n'est pas excuse légitime contre l'amour.
Stendhal, De l'amour, Code d'amour du XIIe s.
CONTR. Négation, réfutation.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • allegation — al·le·ga·tion /ˌa lə gā shən/ n 1: the act of alleging 2 a: a statement not yet proven allegation s in an affidavit b: a statement by a party to a lawsuit of what the party will attempt to prove …   Law dictionary

  • allegation — UK US /ˌælɪˈgeɪʃən/ noun [C] ► a statement that someone has done something wrong or illegal, but which has not been proved to be true: allegation about sth »The chief executive of the company resigned last autumn over allegations about his… …   Financial and business terms

  • allegation — Allegation. s. f. Citation. L Allegation d un passage, d une loy. fausse allegation. ce discours est tout remply d allegations. Il sign. aussi, Les raisons & les authoritez, qui sont rapportées dans un discours. Il respondit fort pertinemment à… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Allegation — Al le*ga tion, n. [L. allegatio, fr. allegare, allegatum, to send a message, cite; later, to free by giving reasons; ad + legare to send, commission. Cf. {Allege} and {Adlegation}.] 1. The act of alleging or positively asserting. [1913 Webster] 2 …   The Collaborative International Dictionary of English

  • allégation — ALLÉGATION. s. f. Citation d une autorité, d un passage, d un fait, etc. L allégation d un passage, d une loi. [b]f♛/b] Il se dit aussi De la simple proposition d une chose qu on met en avant. Il répondit fort pertinemment aux allégations de ses… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • allegation — (n.) early 15c., action of alleging, from M.Fr. allégation, from L. allegationem (nom. allegatio) a sending, despatching, noun of action from pp. stem of allegare (see ALLEGE (Cf. allege)) …   Etymology dictionary

  • allegation — [al΄ə gā′shən] n. [ME allegacioun < OFr allegation < L allegatio < allegare: see ALLEGE] 1. the act of alleging 2. something alleged; assertion 3. an assertion made without proof 4. Law an assertion, made in a pleading, that its maker… …   English World dictionary

  • allegation — [n] assertion placing blame accusation, affirmation, asservation, avowal, charge, claim, declaration, deposition, overment, plea, profession, statement; concept 49 …   New thesaurus

  • allegation — qu on fait par malice, plus que par bonne foy, Calumnia …   Thresor de la langue françoyse

  • allegation — ► NOUN ▪ a claim that someone has done something illegal or wrong, typically made without proof …   English terms dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.